Les défis du secteur des services à la personne à l’ère de la 4ème révolution industrielle, n’est pas que technologique.

IA, e-santé, plateformisation de l’économie, objets connectés…, viennent bouleverser l’équilibre d’un secteur déjà fragile.

Le secteur des services à la personne est à la croisée de différents enjeux sociétaux, dont celui du vieillissement de la population. N’en déplaise aux robots, il faudra bien des humains pour s’occuper de la part grandissante de population vieillissante et ce, dans différents domaines de la vie.

vieillissement de la population : pyramide des âges

Vieillissement de la population : l’enjeu démographique

Avec le vieillissement de la population, les besoins en aide à domicile vont continuer à exploser d’ici à 2030. Le nombre de personnes âgées de 65 ans et plus passera d’une personne sur sept (17 %), actuellement, à une personne sur quatre (25 %), en 2030 au Québec[1] par exemple.

Pourtant, impossible d’ignorer à cet égard l’accessibilité de plus en plus limitée à certains services publics, par exemple en ce qui concerne le soutien à domicile de nos aînés ou des personnes en situation de handicap. En fait foi, notamment, le rapport du Protecteur du citoyen rendu public le 28 septembre 2017, qui révèle que si de 15% à 18% des gens de plus de 65 ans nécessitaient du soutien à domicile, un tel soutien n’était offert qu’à 8 % de cette population.

Les services à domicile ont acquis une importance centrale pour les systèmes de santé et de services sociaux. Selon l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), en cumulant le nombre d’heures requises par profil et le nombre de personnes âgées avec des incapacités au Québec qui requièrent des soins, on peut estimer les besoins totaux en services à plus de 300 millions d’heures. Ce chiffre devrait atteindre 375 millions d’heures dans cinq ans, notamment en raison de la phase de vieillissement accélérée de la population. Aujourd’hui, seuls 4,7 % des besoins sont comblés par le réseau socio-sanitaire québécois. 

En France, les personnes âgées de 60 ans et plus sont au nombre de 15 millions aujourd’hui. Elles seront 20 millions en 2030. 4,3 millions de personnes aident régulièrement un de leurs aînés. Parmi elles, 2,8 millions apportent une aide à la vie quotidienne à une personne âgée vivant à domicile. 62% des aidants familiaux sont des femmes. La dépense publique consacrée à l’autonomie a été estimée en 2010 à 24 Mds d’euros.

En France toujours, près de 750 000 personnes, dont l’âge médian est de 88 ans, sont actuellement prises en charge par une maison de retraite. Mais avec le vieillissement de la population, pour conserver la moyenne actuelle de dix lits pour cents personnes de plus de 75 ans, il faudrait doubler le nombre de lits d’ici à 2040 et augmenter le nombre d’aides-soignants.

Un chiffre permet de prendre la mesure de la situation : si la France dispose de 7000 à 8000 résidences médicalisées pour personnes âgées dépendantes, il n’y a en revanche dans l’Hexagone qu’à peine 800 résidences services, ces structures à cheval entre le maintien à domicile et la maison de retraite qui conjuguent autonomie, compagnie et prix modérés.

Avec une moyenne de 8,7 places seulement pour 1 000 personnes de 75 ans et plus, « le potentiel de croissance de ce marché demeure massif et global », estime-t-on au cabinet d’études Xerfi. Après être passés de 620 résidences en 2017 à 762 en 2019, les experts de Xerfi estiment que plus de 160 résidences nouvelles vont sortir de terre d’ici 2021, la millième voyant le jour en 2022. De quoi répondre aux nouvelles attentes de nombreux seniors. 

La croissance des résidences services devrait progresser dans de nombreux pays. Mais qui dit « résidences services », veut aussi dire services. Cela devrait également largement tirer vers le haut les demandes de services à domicile de confort tels que l’entretien ménager, le petit bricolage, les services de beauté et bien-être (coiffure, esthétique, etc.), l’assistance administrative. Il faut donc considérer les services à domicile pour les personnes âgées comme faisant partie d’une large gamme de services autant pour les résidences seniors que pour le maintien à domicile. Le secteur des services à la personne devrait être un contributeur important dans la gestion de cet enjeu démographique. 

Au 1er janvier 2050, et si les tendances démographiques se confirment, la population française comptera 70 millions d’habitants. Les chiffres représentant la part de population âgée seront en hausse :

  • 1 habitant sur 3 serait âgé de 60 ans et plus ; contre 1 habitant sur 5 en 2005. ;
  • 22,3 millions de personnes âgées contre 12,6 millions en 2005 ;
  • Cela représente une hausse de 80% en 45 ans.

Mais il ne s’agit pas d’un problème Québécois, ni même Canadien ou Français. Le problème est bien global !

En Chine, le gouvernement a aboli sa politique de l’enfant unique en 2016, mais il semble que ce soit trop tard. Les naissances ont continué à diminuer en 2017 et 2018. Le nombre de Chinois âgés de 16 à 59 ans a commencé à diminuer en 2014, selon les Nations Unies. L’année dernière, pour la première fois, ce groupe d’âge est passé sous les 900 millions d’habitants. Les dépenses de sécurité sociale ne représentaient que 6,3% du PIB en 2015 mais atteindront 16,5% d’ici 2050.

La proportion de personnes de 60 ans et plus dans les pays de l'U.E. (en %)

Au Japon par exemple, un quart de la population a plus de 65 ans. La population totale est en baisse depuis 2008. Les dépenses de sécurité sociale ont explosé en deux décennies, obligeant le gouvernement à emprunter davantage pour maintenir le système en place. La dette publique représente désormais plus du double du produit intérieur brut, faisant du Japon l’économie développée la plus endettée. Le nombre de soignants y est également insuffisant, alors pour aider les personnes âgées à vivre de façon plus autonome, le pays mise sur les robots-infirmiers.

Pour lutter contre l’isolement social chez les personnes âgées, le gouvernement britannique a lui opté pour la création d’un ministère de la Solitude. Selon Theresa May, la Première ministre, « 200 000 personnes âgées affirment n’avoir parlé à aucun ami ni aucun proche depuis plus d’un mois. » Ce nouveau ministère devra notamment quantifier la solitude qui touche les Britanniques et aider financièrement le secteur associatif. 

En Inde cependant, les personnes âgées sont traditionnellement prises en charge par leur famille. C’est considéré comme un devoir filial. Ainsi, en 2013, on ne trouvait en Inde qu’une trentaine de maisons de retraite pour 1,3 milliard d’habitants. Mais la situation évolue. Les jeunes migrent vers les villes et les personnes âgées se retrouvent de plus en plus en maison de retraite.


Pour aller plus loin 

 

Flack friday 2020

Profitez des plus belles offres de l'année

Vous êtes intéressé ? Accédez à nos offres du Black Friday 2020 en remplissant le formulaire

Vous pouvez accéder aux plus belles offres de l'année

Pin It on Pinterest

Share This